Sports

Championnats du monde juniors : Konaté encore sur le toit du monde

Championnats du monde juniors : Konaté encore sur le toit du monde
Written by admin or

Grâce à un bond à 8,08 m, Erwan Konaté est monté sur la plus haute marche du podium à la longueur, un an après le titre qu’il avait déjà remporté lors des Mondiaux de Nairobi, devenant le premier Français à réaliser un tel doublé chez les juniors. Il signe au passage la meilleure performance de l’année dans sa catégorie, et décroche la première médaille de l’équipe de France à Cali.






La Médaille

Un doublé historique pour Konaté

Il a levé les bras en l’air, salué le public – qui s’était amassé dans les tribunes proches du sautoir – et rugit. Après être retombé dans le sable à 8,08 m (+0.4) à son cinquième essai, Erwan Konaté venait de repasser en tête du concours de la longueur, alors qu’il était devancé, jusque-là, par le Cubain Alejandro Parada et ses 7,91 m. Personne n’est ensuite parvenu à lui repasser devant. Quand le concours s’est terminé, il a pris son entraîneur, Robert Emmiyan, dans
ses bras, puis le drapeau tricolore. Dans le clan français, tout le monde s’est félicité.

Le début de la finale avait pourtant été « compliqué », selon les dires du principal intéressé, avec quatre concurrents entre 7,81 et 7,91 m, dont lui à 7,83 m, un saut réalisé à son deuxième essai et synonyme alors de seconde place. Après ses deuxième, troisième et quatrième essais, on l’a ainsi vu grimacer sur la piste. « Je me suis alors dit que j’étais obligé d’aller à 8 mètres, et je me suis mis une claque aux fesses, racontait le sauteur de l’Amiens UC. Au 5e essai, j’ai sauté avec l’envie.
»

Grâce à ce nouveau titre, Erwan Konaté devient le premier Français à réaliser un doublé aux Mondiaux juniors, un an après l’or remporté à Nairobi, et signe au passage la meilleure performance de l’année chez les moins de 20 ans et la deuxième de sa carrière après ses 8,12 m au Kenya.

À froid, une fois la cérémonie de remise des médailles et le contrôle anti-dopage passés, il confiait se sentir « libéré » après cette victoire. « L’année a été compliquée. Après mon titre l’an passé, je me suis retrouvé avec beaucoup de poids sur les épaules, du jour au lendemain, à 18 ans. Il est alors devenu compliqué de sauter juste pour le plaisir. En arrivant à ce Mondial, mon objectif était donc de sauter pour moi, de me faire plaisir », détaillait-il.

De son côté, son entraîneur – l’actuel détenteur du record d’Europe à la longueur – se disait « très content » à l’issue du concours, et assure qu’Erwan avait « encore de la réserve sur son cinquième essai, sur le plan technique ». De quoi rêver de beaux lendemains.





La Décla

« Je termine sixième : c’est bien pour une première compétition internationale, car il est difficile de tout faire parfaitement, et je me suis battu jusqu’au bout »

Après le traditionnel tour d’honneur réalisé par les décathloniens, à l’issue de leurs dix épreuves, Pierre Blaecke avait le sourire. Pour sa première sélection internationale, il termine à la sixième place avec 7 520 points, à 102 unités du podium, et à 64 points de son record. L’athlète de l’EA Grenoble 38 a réalisé une belle remontée au classement général lors de la dernière épreuve, le 1500 m, en gagnant trois rangs grâce à un chrono de 4’26’’71. Il assure avoir surtout
pris beaucoup de plaisir durant ces deux journées, lors desquelles il a battu trois records personnels – sur 100 m (11’’26), à la longueur (7,12 m) et au javelot (55,30 m) – et réalisé des performances proches de son tout meilleur niveau – à la hauteur (1,87 m), sur 400 m (50’’44) et 110 m haies (14’’81). « C’était énorme de participer à une compétition comme ça », concluait-il.

Quant à Sacha Rifflart, il finit neuvième avec 7 457 points, à une trentaine de points du huitième, une place qui lui aurait permis d’être finaliste de ce décathlon. Alors que le sociétaire de l’AC Cannes était arrivé en Colombie avec un record à 7 571 points, il a, lui aussi, battu ses records sur 100 m (11’’12) et 400 m (49’’94), tout en réalisant de bonnes performances au poids (14,81 m), sur 110 m haies (14’’11), et au javelot (50,38 m). Seul bémol : l’épreuve de la hauteur, lors de laquelle il a seulement
franchi 1,84 m, alors qu’il possède un record à 2,01 m, établi l’an passé. Mais lui aussi voulait retenir avant tout le positif : « Pour un premier Mondial, ce n’est pas réussi, mais ce n’est pas raté non plus, au vu de mes perfs’ et de ce qu’elles dégagent. Ce n’est que partie remise ! »





Les Promesses

Direction la finale pour Ammirati et Petiphar

Contrat rempli pour les deux perchistes tricolores, Anthony Ammirati et Sloan Petiphar, qui ont réussi à gagner leur ticket pour la finale, en terminant respectivement aux première et onzième places des qualifications, imitant ce qu’avaient réalisé Léa Mauberret et Elise Russis la veille.

Le premier nommé n’a eu besoin que d’un seul saut pour assurer sa place, en effaçant facilement 5,20 m, lui permettant de « tirer un trait sur l’an dernier » : lors du dernier Mondial U20, le perchiste de l’Entente du Pays de Fayence Athlétisme était arrivé en tête des bilans mondiaux, mais n’avait pas réussi à franchir de barre lors des qualifications. Cette année, il aura donc à cœur de prendre sa « revanche en finale », où il visera le titre. Des ambitions plus que légitimes, puisqu’il détient
la meilleure marque des engagés : 5,70 m cette saison, contre 5,53 m pour le deuxième, le Finlandais Juho Alasaari, également premier ex æquo des qualifications.

De son côté, Sloan Petiphar a dû s’y prendre à deux reprises pour franchir 5,05 m, avant d’échouer à 5,20 m, alors que résonnait un air de salsa dans le stade. Mais c’était suffisant pour passer en finale, où il courra « sur élan complet », avec « de grosses perches », contrairement à son concours de qualifications, où il a préféré rester prudent. Deux jours plus tôt, le sociétaire de l’Athletic Trois Tours s’était en effet ouvert la main gauche, en brisant sa perche à l’entraînement, et
a donc concouru avec deux points de suture ce mardi. Lors de la finale, qui aura lieu jeudi à 15h05 heure locale (22h05 heure française), il visera le podium, lui qui détient actuellement la quatrième perf’ des engagés.

Entame idéale pour Lefevre à la hauteur

Arrivé en Colombie avec la douzième performance des engagés (2,15 m), le sauteur en hauteur Martin Lefevre est parfaitement entré dans sa compétition, en effaçant 2,08 m au premier essai, après une « petite frayeur à 2 m », une barre qu’il a passée au deuxième essai. « Il m’a manqué de la vitesse dans le virage, mais j’ai réussi à vite me remettre dedans après », racontait l’athlète, souriant, deuxième ex æquo des qualifications. Qualifié pour
la finale, qui aura lieu vendredi à 15h21 heure locale (22h21 heure française), le sauteur du Villeneuve-d’Ascq Fretin Athlétisme visera les « 2,20 m et le titre ». Il y retrouvera notamment le Sud-Africain Brian Raats, premier des qualifications, et détenteur d’un record personnel à 2,26 m.



Et Aussi


La compétition s’arrête là pour Erius et Dugué

Détenteur du quatrième chrono des engagés dans sa demi-finale du 100 m, Jeff Erius n’est malheureusement pas parvenu à se hisser en finale, coupant la ligne d’arrivée en sixième position, en 10’’34 (+0.7). Le sprinteur du Strasbourg Agglomération Athlé a surtout regretté de ne pas avoir réalisé un meilleur temps, alors qu’il avait couru en 10’’56 en série, malgré un fort vent défavorable (-2,9 m). La finale a ensuite été remportée par le Botswanais Letsile Tebogo :
en 9’’91 (+0.8), il a battu son propre record du monde U20, malgré une fin de course lors de laquelle il s’est tourné vers la droite, en désignant ses adversaires du doigt…

Qualifié au temps pour les demi-finales du 110 m haies, Oscar Dugué a eu moins de chance lors de cette course : il franchit la ligne d’arrivée en 14’’02 (+0.5), soit sept centièmes moins vite qu’en série. La faute, sûrement, à une « grosse faute à la huitième ou neuvième haie » : « Je l’ai tapée, ce qui m’a ralenti. » De quoi nourrir des regrets, puisqu’il assure qu’il s’était senti bien dans tout le reste de la course. Pour se qualifier en finale, il fallait courir au minimum en 13’’59,
alors que le record personnel du Normand est de 13’’74.

Déception pour le lanceur de marteau Wilfrid Huet

Éliminé en qualifications du marteau, Wiltrid Huet a confié sa déception à la suite du concours : « Je ne suis pas parvenu à m’exprimer. Je suis déçu, car je voulais entrer en finale. » Lors de sa première tentative, il a ainsi tapé le sol avec son engin, puis a mordu son deuxième essai. Avant son troisième jet, il a levé les bras en l’air pour réclamer les encouragements des autres lanceurs français, présents en tribune, et des autres concurrents. Mais cela n’a pas suffi.
Résultat : 64,22 m, environ sept mètres de moins que son record personnel.

Enfin, la sprinteuse Orane Doumbe n’a malheureusement pas pu défendre ses chances lors des séries du 100 m, blessée au genou lors d’un entraînement. « C’est une récidive d’une blessure qu’elle avait eue dans la saison », a indiqué Pierre Friteyre, responsable des équipes de France juniors.

A Cali, Chloé Lauvergnier pour athle.fr
Photos : © Thomas Windestam / FFA


#Championnats #monde #juniors #Konaté #encore #sur #toit #monde

About the author

admin or

Leave a Comment